Bonjour,

Je sollicite votre attention afin d’aider un jeune homme sans papiers, que j’accompagne, pour l’aider à atteindre ses objectifs professionnels en France et à régulariser sa situation.

J’ai rencontré Ibrahima en mars 2021, arrivé le jour même à Lille sans connaître personne et sans rien dans les poches. Au départ je l’ai simplement abordé dans la rue car il cherchait son chemin vers une association; de fil en aiguille, cernant sa détermination et ses qualités, je me suis retrouvé à l’accompagner dans ses démarches et ses difficultés au quotidien. Depuis plus de 6 mois, je suis devenu son “tuteur” par la force des choses, sans faire partie d’aucune association et sans expérience dans ce type d’accompagnement.

Voici son témoignage :

“Je m’appelle Ibrahima. Je suis né à Coyah le 1er Janvier 1997 dans la région de Kindia en Guinée. Je suis issu d’une famille nombreuse. Jeune, j’ai dû me débrouiller seul avec ma mère et mes nombreux frères et sœurs, dans un petit village éloigné de tout avec très peu de moyens.

A 8 ans j’ai eu l’opportunité d’aller vivre chez ma tante pour pouvoir aller à l’école et j’ai ainsi obtenu mon brevet des collèges à 16 ans. Malheureusement, ma tante est décédée la même année; le manque de moyen m’a empêché de prendre le bus pour me rendre au lycée le plus proche à 50km, l’aller retour à pieds m’a très vide dissuadé.

J’ai alors décidé d’entreprendre une formation dans la maçonnerie car déjà enfant, je fabriquais du ciment après l’école pour aider ma famille. La formation a duré de 2013 à 2014. J’ai réalisé un stage dans un cabinet d’architectes puis j’ai été embauché pour préparer le chantier la nuit et y travailler le jour. Trois ans plus tard, j’ai perdu mon travail sans raison claire et n’ayant aucune perspective pour faire vivre ma famille, j’ai quitté la Guinée.

 Je suis d’abord parti pour le Sénégal puis j’ai rejoint le Maroc. Après 10 jours de négociations, je suis monté sur un canot de sauvetage avec de nombreuses autres personnes, de nuit. En traversant la méditerranée, nous avions peur, mais c’était notre seule chance. Arrivés sur la côte espagnole, La Croix Rouge nous a pris en charge et nous a laissés nous reposer en nous fournissant un peu de nourriture et des vêtements. Ne parlant pas la langue,  je suis très vite reparti pour la France et ai traversé la frontière à pieds.

Je suis arrivé à Nantes le 27 Décembre 2018. J’ai passé quelques nuits dehors à la gare et ai ensuite contacté la Croix Rouge. Ils n’avaient pas de place pour me loger mais m’ont aidé à ne pas mourir de froid, en me laissant me réchauffer dans leurs locaux la journée. J’ai pris contact avec quelques autres personnes dans ma situation pour leur demander conseil pour pouvoir survivre et m’intégrer.

J’ai fait ma demande d’asile en France en Janvier 2019, et pendant 10 mois j’ai essayé de m’intégrer en faisant du bénévolat dans des associations et en suivant des cours de français à l’ANAD. En novembre 2020, ma demande d’asile a été déboutée : je pouvais rester en France mais sans le soutien du pays. J’ai continué mon activité aux restos du cœur au Mans pendant un an, et dans ce cadre, j’ai rencontré une avocate qui m’a aidé : elle m’a encouragé à trouver une formation ; j’ai entendu parler de Lille, où il y existe une bonne école de formation pour la Maçonnerie et où les associations sont prêtes à aider les personnes dans ma situation. Je suis arrivé  à Lille le 26 Mai 2021.

Aujourd’hui, je suis scolarisé dans un lycée professionnel. Encouragé par mes professeurs, je fais tout pour obtenir de bonnes notes et montrer mon sérieux et ma détermination pour y arriver. Cette formation me permettra de trouver un travail et d’appuyer mon dossier pour régulariser ma situation.”

****

Aujourd’hui, Ibrahima a réussi à s’inscrire dans un lycée professionnel. Initialement, candidat pour un CAP maçonnerie, ses bons résultats aux tests d’aptitude lui ont permis d’intégrer directement un bac professionnel. Il suit les cours depuis début septembre, ses professeurs estiment qu’il s’implique bien et l’ont même invité à devenir délégué de sa classe.

Jusqu’à cette semaine, Ibrahima vivait à la friche Saint-Sauveur de Lille. Il a pu avoir une place à l’internat du lycée le 15 octobre, la friche n’étant pas du tout adaptée au suivi d’une année scolaire, à la préparation de devoirs ou pour y vivre tout court.

L’internat est fermé durant les week-end (du vendredi soir au lundi matin) et durant les vacances scolaires ; les solutions auxquelles nous pensons pour qu’il ait un toit pendant ces périodes ont un coût que je ne peux assumer.

J’ouvre donc une cagnotte en ligne en espérant réunir suffisamment de fonds pour éviter qu’il dorme dehors, lui procurer nourriture et produits de première nécessité au quotidien pendant toute sa scolarité de 3 ans, et lui permettre d’obtenir son bac professionnel.

L’argent est donc nécessaire mais vous pouvez également choisir de l’aider d’une autre façon :

  • cours du soir

  • accueil certaines nuits

  • loisirs

  • matériel,

  • petits boulots

  • Dons en nourriture, etc…

Vous pouvez dans ce cas envoyez un mail à mon adresse [email protected] et me laisser vos coordonnées si vous souhaitez que je vous rappelle

Je vous remercie de votre attention et vous donnerai bien entendu des nouvelles de la situation au fil du temps.

Les factures pour son hébergement seront directement payées par La Cagnotte Des Proches à l’auberge de jeunesse au fur et à mesure, Ibrahima détient un compte courant bancaire pour les frais du quotidien.

Merci pour lui.

– – –

La Cagnotte Des Proches est une plateforme engagée qui opère selon un modèle solidaire.  Nous vous proposons de contribuer au fonctionnement de La Cagnotte Des Proches, sans obligation, avant la validation de votre paiement.

Consultez notre support si vous avez des difficultés à effectuer votre don en ligneici